Menu

Paul Ariès : "EELV n’est plus un laboratoire d’idées depuis longtemps"


Rédigé le Mardi 17 Mars 2015 à 22:10 | Lu 61 fois | 0 commentaire(s)


Pour Paul Ariès, politologue, rédacteur en chef du mensuel les Zindigné(e)s et chantre de la « décroissance », les tensions qui ont éclaté au grand jour entre les membres d’EELV « sont davantage des lignes tactiques qui s’affrontent plutôt qu’un réel affrontement de lignes politiques ». Et pour cause, le parti se serait majoritairement tourné vers « l’écologie libérale » incapable de « digérer un certain nombre d’innovations conceptuelles ».


Marianne : Comment avez-vous interprété les tensions qui ont éclaté récemment au grand jour entre les cadres d’EELV, notamment entre Cécile Duflot et Jean-Vincent Placé sur l'hypothèse d'un retour des Verts au gouvernement ?

Paul Ariès : EELV a toujours été un objet politique non identifié. Mais cette avant-scène de scission est quelque chose de neuf je crois. Ce n’est pas un remake du traditionnel « je t’aime, moi non plus » très classique au sein de la mouvance écologiste. Ce n’est pas non plus une simple affaire de personnes mais ce n’est pas non plus totalement une affaire politique au sens traditionnel. Ce sont davantage des lignes tactiques qui s’affrontent plutôt qu’un réel affrontement de lignes politiques. Le conflit hyper-médiatisé entre Duflot et Placé ne repose pas fondamentalement sur un clivage conceptuel. Ils étaient par exemple tous les deux signataires de la même motion au dernier congrès. Simplement derrière Placé, on retrouve ceux qui aspirent à un strapontin, qui pensent qu’il est important d’occuper un certain nombre de positions pour peser. Et derrière Duflot, ceux qui ne pensent qu’à 2017 globalement. Mais l’essentiel pour moi est ailleurs. EELV n’est plus un laboratoire d’idées et ceci depuis longtemps, ni un vivier de mouvement social. Quelles idées neuves EELV a-t-elle portées depuis sa fondation ? Ils ne sont même plus capables de digérer un certain nombre d’innovations conceptuelles et théoriques qui apparaissent ailleurs dans le champ de l’écologie. Je pense notamment à ce qu’on appelle « l’écologisme des pauvres » en référence à l’économiste et philosophe espagnol Joan Martinez Alier. C’est un débat qui traverse pourtant le « continent » écolo à l’échelle mondial ! EELV, du point de vue idéologique est devenu un corps exsangue. C’est un facteur très important car si l’on n’est plus ce laboratoire d’idées, s’il n’y a pas plus ce foisonnement idéologique, eh bien il ne reste plus que les logiques d’appareils.

Lire la suite sur Marianne





Dans la même rubrique :
< >

FRONT VERT
Bienvenue sur le site de FRONT VERT, mouvement politique français regroupant des écologistes venant de tout horizon politique et associatif.

Notre objectif : rassembler les militants éparpillés afin de porter haut et fort un projet écologiste radical à vocation majoritaire dans le débat public et lors des élections.